Une école pour tous,
une pédagogie pour chacun.
  • Qu’est-ce que la dysphasie ?

La dysphasie est un dysfonctionnement cérébral situé dans la zone du langage. Elle est considérée comme un trouble sévère et permanent du développement.

Cette dysfonction entraine des troubles au niveau :

- de la perception auditive,

- de l’expression

- et de la compréhension. L’accès à l’abstraction s’en trouve souvent retardé voire impossible et la perception temporelle est généralement déficiente.

Ce trouble limite de façon importante la socialisation et les apprentissages scolaires, les interactions verbales étant difficiles.

 

  • Pour reconnaître la dysphasie :

Les critères de diagnostique déterminés par le ministère sont les suivants :

- Des troubles sévères persistant au-delà de l’âge de cinq ans

- Six mois minimum de suivi orthophonique

- Une évaluation faite à l’aide d’observations et de tests appropriés

- Le trouble n’est pas seulement articulatoire ou phonologique, il porte sur l’expression dans son ensemble

- La compréhension est également sévèrement atteinte

 

D’autres domaines peuvent également être en difficulté :

- Les capacités d’abstraction : l’enfant dysphasique peut avoir plus de difficulté qu’un autre enfant de son âge à manipuler des notions plus abstraites telles que les couleurs, les nombres sans manipulation, les notions spatiales (dans, dessous, droite, gauche…), les notions temporelles (jours de la semaine, mois de l’année, saisons…)

- Les habiletés praxiques : il s’agit de la planification d’une série de mouvements pour parvenir à un objectif.

- La perception visuelle peut être altérée. L’enfant ayant une dysphasie aura alors des difficultés à tracer des lignes, copier des formes, écrire des lettres…

- Les habiletés liées à l’orientation spatiale : s’orienter dans l’espace est une capacité qui nécessite une bonne conscience du schéma corporel. L’enfant ayant une dysphasie peut avoir des difficultés à ressentir son corps dans l’espace ainsi que la direction de ses mouvements. L’enfant acquiert en premier la verticalité, puis l’horizontalité et enfin les diagonales. Il comprend alors la droite et la gauche sur lui-même.

 

  •  Dans la pratique :

L’enfant dysphasique éprouve des difficultés à parler, à comprendre et à se faire comprendre. Certains enfants utilisent un accent particulier. Il peut également survenir des hésitations, des temps de réflexion qui ressemblent à du bégaiement.

Il est obligé de réfléchir à chaque mot qu’il dit ce qui lui prend beaucoup de temps et d’énergie.

Ses difficultés ont des répercussions sur la lecture. Elles l’empêchent d’avoir une lecture fluide et de bien comprendre ce qu’il lit.

L’enfant ayant une dysphasie est souvent lent et fatigable. Pour autant, il a une intelligence tout à fait normale.

 

  • Comment aider un enfant ayant une dysphasie ?

L’enfant est pris en charge par un orthophoniste qui va lui permettre peu à peu, d’entendre les sons correctement et de les assimiler. Il va lui permettre d’améliorer sa diction, sa compréhension puis sa lecture.

Une rééducation en psychomotricité est également souvent souhaitable.

Une bonne connaissance des difficultés causées par la dysphasie aide au bon dosage quant aux attentes à avoir face aux performances d’un enfant dysphasique. En outre, elle permet de miser sur ses atouts tout en travaillant les difficultés ciblées.

En parallèle de la rééducation orthophonique et en psychomotricité, il est possible d’aider ces enfants. Cliquez ici

 

  • Témoignage :

« Notre garçon a une dysphasie mixte (langage et compréhension) et a intégré l’école l’Etinc’ailes suite à une année difficile.

Nous l’avons choisie pour sa pédagogie adaptée et sa bienveillance. En effet, lorsque notre enfant l’a intégrée, il était découragé et en manque de confiance.

Depuis sa rentrée scolaire il a repris confiance en lui et part à l’école avec le sourire et le plaisir d’apprendre.

En effet l’équipe pédagogique constituée de Chloé et de Peggy a su le valoriser en lui faisant prendre conscience de ses réussites et apporter une écoute, des conseils, des aménagements et des adaptations. Quelques exemples, pour l’apprentissage de la lecture, un jeu « ma roue des sons » a été mis en place, un calendrier personnalisé pour se repérer dans le temps, une chanson pour apprendre l’alphabet…..

Enfin, nous remercions Chloé et Peggy d’avoir redonné goût à notre garçon le plaisir d’aller à l’école tout simplement !!!!! »

Serge et Denise